Aller au menu | Aller au contenu

Façade sud du nouveau musée Albert-Kahn, rue du Port : jardin intérieur / Crédits : Kengo Kuma & Associates

Le projet de Kengo Kuma a été choisi le 29 octobre 2012, dans le cadre d’un concours, parmi cinq propositions émanant d’architectes de renommée internationale par un jury composé d’élus, d’architectes et de personnalités compétentes dans le domaine patrimonial.

Kengo Kuma accorde une place essentielle à la nature. Il s’efforce d’intégrer de façon harmonieuse ses constructions dans le paysage, entrant ainsi pleinement en résonance avec la réalité du site de Boulogne-Billancourt.

L’oeuvre de l’architecte se définit également comme une synthèse entre Orient et Occident. Il cherche à réactualiser sans passéisme de nombreuses techniques traditionnelles, plus en accord, selon lui, avec l’environnement. Le nouveau bâtiment de 2 300 m² (bâtiment E2), conçu comme un origami, sera un espace ouvert, rythmé par de fins écrans qui orientent la vue, favorisant à la fois la déambulation et la contemplation du jardin. Il abritera le parcours permanent, les expositions temporaires, le centre de ressources documentaires, l’espace découverte pour les familles, la librairie-boutique, le restaurant et le salon de thé.

Les bâtiments existants, eux-mêmes chargés d’histoire, seront dans une large mesure ouverts au public : la salle des plaques, les ailes latérales de la serre et sa terrasse, la salle de conférence et la grange vosgienne. Ils seront traités avec le plus grand respect pour la qualité et la cohérence du patrimoine historique légué par Albert Kahn. La muséographie tiendra compte de la contrainte de refaire « l’histoire en son lieu même ». Les volumes et les installations d’origine resteront lisibles.

Les interventions effectuées au sein du jardin, limitées au strict minimum, seront menées dans le respect des règles de conservation. A l'instar de tout le travail de restauration entrepris depuis les années 90 à l'appui des autochromes, et notamment lors de la tempête de 1999,  elles prendront en compte les logiques paysagères dictées par l'histoire et l'esprit du lieu.

L’articulation du nouveau bâtiment et du jardin anglais a été conçue dans un réel souci d’intégration. Les plantations envisagées sur ce secteur resteront dans l'esprit de la scène paysagère contigüe pour assurer une continuité visuelle. Le tracé des allées ne sera absolument pas modifié.

Le travail du paysagiste restera cantonné à des espaces qui ne sont pas aujourd’hui accessibles au public : l'arrière du palmarium, actuellement une aire bétonnée, sera qualifié en extension de la forêt vosgienne, et l'espace situé entre les différents bâtiments de l'administration, actuellement délaissé et peu entretenu, retrouvera un caractère paysagé.

serre
Serre / Crédits : Kengo Kuma & Associates 

NF-CERTIVEA Batiments-tertiairesHQE

Kengo Kuma

Réactualiser la tradition architecturale japonaise

Né en 1954, Kengo Kuma suit des études d’architecte et d’ingénieur à l’université de Tokyo. Il obtient son diplôme en 1979. En 1987, il ouvre un cabinet de design et, en 1990, il fonde son cabinet d’architecture, Kengo Kuma & Associates. En 1997, il gagne le prestigieux prix de l’Institut architectural du Japon. Son oeuvre se présente avant tout comme une critique des académismes, des formalismes et de toute complaisance au style et à la mode.